Levy Batista



Ingénieur de recherche/Doctorant

Pilote VTT/MX

La polyvalence c'est le travail du corps, de l'esprit et de leurs intéractions

LastNews

Complexe - Rap

Complexe - Paroles

————————————————
Brel parle
————————————————
Ça fait longtemps que je déchiffre le monde,
mais au final y’a que des chiffres dans les nombres.
Donc ne sois pas négatif quand t'as rien dans les poches,
Faut rester rationnel quand le malheur approche.
Et faudrait pas que tout ça te laisse perplexe,
Faudrait pas que j’oublie que le monde est complexe.
Mais dans l'absolu je ne vois que du réel,
C'est pour ça que je reste entier comme au naturel.



J’aime quand tout est simple, j’aime quand tout est logique.
J’aime quand tout se prouve, qu’il n’y a rien de magique.
Il existe peu de choses aussi simples qu’un atome.
Pourtant il n’y a rien de plus faux qu’un axiome.
La tête haute, les yeux au ciel,
Mon regard dans le vide voit des astres.
La tête en bas, les bras aussi,
Ils regardent dans le vide, désastres.



Tous connectés, sur-connectés,
J’déteste ce mot en toute honnêteté.
Y’a trop de connexions sans fil conducteur,
Pas de court circuit, pas de disjoncteur.
Personne ne résiste avec intensité,
De peur de créer des tensions.
On est tous perdus dans cette immensité,
Y’a qu’un buzz pour attirer l’attention.



De la télé réalité à la vie virtuelle,
De l’écran à l’écran comme un rituel,
Tout le monde a un avis sur tout.
Ils connaissent les grands titres mais c’est tout.
Jamais je ne participe à vos théories,
C'est facile quand t’anticipe a posteriori.
Moi, j’reste plus humble qu'un infirme,
Car plus j’en sais et moins j’affirme.

————————————————
Brel parle
————————————————

J’veux être de ceux qui s’entraînent, et qui parlent peu,
Pas besoin, car leurs victoires parlent pour eux.
Ceux-là vivent, faut voir comme ils respirent,
Ils brûlent tellement d’oxygène qu’ils m’inspirent.
Alors je porte mes défaites jusqu’à la négation,
Résultat du travail, et de l’abnégation.
Les brulures du forgeron sur mes deux mains,
Je n’ai plus d’excuse pour remettre à demain.



J’ai cessé de faire le fainéant,
Depuis que je sais que la mort c’est fait de néant.
J’ai vu, ça dans un rêve,
Et j’ai cru, que j’allais me réveiller raide.
Depuis, c’est à la vie que je m'accroche,
Je choisirai ma religion quand j’aurai perdu un proche.
Sauf si j’ai la force de le dire maintenant,
Rui, Nath, je vous aime vivants.



Leur valeur à mes yeux c’est celles qu’il m’ont données,
J’en ai besoin car on est loin d’être dans un monde honnête.
J’regarde dans la rue, et j’suis mort de rire,
J’vois des vegans en fourrure et bottes de cuire.
J'ai pas de temps à perdre avec leurs convictions,
J’crois qu'il vivent dans un monde de fiction.
Mon horloge tourne même sans action,
Et le présent change de position.



Alors je me bats pour chaque seconde,
On a qu’une seule chance et pas de seconde.
J’prendrai le temps de devenir patient,
Quand j'aurai perdu toutes mes passions.
Pour l'heure j’laisse ma flamme cramer ma flemme,
J'veux être fort, sans blâmer les faibles,
Dire je t'aime à ma femme sans blague à la fin,
Et qu’un jour se lève. Semblable à la fin.

NextEvent

Raon l'étape - 27-05-2018

Enduro Series France


Instagram


Subscribe